Élections présidentielles au Nigeria

Les 28-29 mars 2015, le pays le plus peuplé d’Afrique, qui est également la première économie du continent, a réussi à organiser des élections paisibles, internationalement reconnues comme « libres et équitables » et qui ont mené à la première transition démocratique au Nigeria. Les résultats de ces élections semblent montrer que le rôle des facteurs ethniques, religieux et géographiques diminue progressivement. La carte des résultats de 2015 qui répartit les partis vainqueurs par État montre que la division Nord-Sud est moins marquée que pour les élections de 2011, lorsque le président Goodluck Jonathan l’avait remporté avec une confortable majorité contre Muhammadu Buhari. Ces résultats doivent cependant être nuancés et interprétés en considérant la très faible participation des électeurs (43,6 %). La carte illustrant les résultats du PDP montre que même lors des élections de 2011, la division Nord-Sud était en réalité moins forte. Le président Jonathan avait réuni un large soutien à travers le pays. Il avait gagné entre 30 et 50 % des voix dans six États du nord, notamment dans l’État fortement peuplé de Kaduna, où le PDP obtient le soutien de 1,19 million de personnes (46,3 % des voix). Cette fois-ci, le même candidat de l’opposition, Muhammadu Buhari, a recueilli le soutien de nombreux Nigérians du Sud. Son nouveau parti, le Congrès de tous les progressistes (APC) a remporté huit des bastions traditionnels du Sud. 

En savoir plus

Fiches pays

Cartes

Données